Intervalles

L’intervalle est la distance entre 2 sons. On peut compter 2 différents types d’intervalles: mélodique et harmonique.

theorie_intervalles_harmonique


Harmonique:
Lorsque les notes sont jouées ensemble.

 

theorie_intervalles_melodique


Mélodique:
Lorsque les notes sont jouées une à la suite de l’autre.

 

Un intervalle a un “nom” et un “qualificatif”. Si vous avez précédemment lu la page Gamme référence de la section “Théorie“, ce que nous vous recommandons, vous connaissez déjà les “noms” qu’on donne à ces intervalles.

En combinant différentes notes, on obtient soit une mélodie ou un accord selon le type d’intervalle.

Comme vous l’avez vu, ces intervalles portent un nom, mais aussi un qualificatif, c’est sur quoi nous nous concentrerons sur cette page. Voyons d’abord quels sont les qualificatifs possibles.

IntervallesQualificatifs
UnissonDiminuée - Juste - Augmentée
SecondeDiminuée - Mineure - Majeure - Augmentée
TierceDiminuée - Mineure - Majeure - Augmentée
QuarteDiminuée - Juste - Augmentée
QuinteDiminuée - Juste - Augmentée
SixteDiminuée - Mineure - Majeure - Augmentée
SeptièmeDiminuée - Mineure - Majeure - Augmentée
OctaveDiminuée - Juste - Augmentée

Commençons donc par un exemple où nous utiliserons la quinte qui, comme sur la gamme référence, consiste à la tonique “do” et le cinquième degré de cette gamme qui est “sol”. Sachez cependant qu’il s’agit du même principe avec les autres intervalles qui se qualifient par juste, diminué et augmenté comme l’unisson,  la quarte, et l’octave.

 

theorie_intervalles_quinte_justeQuinte juste:
Comme vous l’avez vu avec la gamme référence, la distance qui sépare les deux notes de cet intervalle est de 3½ tons.

 

theorie_intervalles_quinte_diminueQuinte diminuée:
Pour obtenir cet intervalle, nous devons obtenir un écart d’un demi-ton sous celui de la quinte juste ( 3½ – ½ = 3 ). Pour obtenir ce résultat, on ajoute un bémol à la note qui accompagne la tonique.

 

theorie_intervalles_quinte_augmenteQuinte augmentée:
Pour obtenir cet intervalle, nous devons obtenir un écart d’un demi-ton au dessus de celui de la quinte juste ( 3½ + ½ = 4 ). Pour obtenir ce résultat, on ajoute un dièse à la note qui accompagne la tonique.

 

Voyons maintenant les différents intervalles d’une septième à partir de la gamme référence. Comme avec l’exemple précédent sur la quinte, le même principe est appliqué aux intervalles qui se qualifient par majeure, mineure, diminuée et augmentée comme la seconde, la tierce et la sixte.

 

theorie_intervalles_septieme_majeureSeptième majeure:
Comme nous l’avons vu à l’aide de la gamme référence, l’écart entre la tonique “do” et la note qui l’accompagne “si” doit être de 5½ tons.

 

theorie_intervalles_septieme_mineureSeptième mineure:
Lorsqu’on ajoute un bémol à la note “si”, l’écart est alors moins grand d’un demi-ton par rapport à l’intervalle majeur.
On obtient alors un écart de 5 tons. Pour une septième, un tel écart signifie que l’intervalle est mineur.

 

theorie_intervalles_septieme_diminueeSeptième diminuée:
Il est aussi possible pour ce type d’intervalles d’être diminuée. L’intervalle mineur devant déjà être altéré par un bémol de manière à obtenir un demi-ton de moins que la majeure, nous ajoutons ici un deuxième bémol qui abaissera la note d’un autre demi-ton. Au total, la note accompagnatrice sera abaissée d’un ton complet, ce qui nous donnera l’intervalle septième diminuée.

 

theorie_intervalles_septieme_augmenteeSeptième augmentée:
Il est aussi possible d’ajouter un dièse à la note qui accompagne la tonique de manière à obtenir un écart supérieur d’un demi-ton par rapport à l’intervalle majeur. Ici, en ajoutant ce dièse, l’écart passe donc de 5½ tons à 6 tons. L’intervalle ainsi obtenu sera appelé septième augmentée.

 

Jusqu’à maintenant, nous avons vu les intervalles à l’aide de la gamme référence, c’est-à-dire les intervalles ayant pour tonique la note “do”. Pour les prochains exemples, les toniques seront variées mais les règles ne changent pas pour autant.

Voyons quelques exemples :

 

Premier exemple d’un intervalles ayant une tonique autre que “do”:
theorie_intervalles_tonique_sol_quinte_majeurePour commencer, nous devons trouver son nom. Pour celà, il faut compter le nombre de note comprises dans cet intervalle. Ici, la tonique est “sol” et la note qui l’accompagne est “ré”. Donc: sol-la-si-do-ré. On sait alors qu’il s’agit d’une “quinte”. Maintenant, nous devons compter le nombre de tons qui sépare ces deux notes comme ceci :

Entre sol et la : 1 ton
Entre la et si   : 1 ton
Entre si et do  : ½ ton
Entre do et ré : 1 ton

Au total, 3½ tons séparent les deux notes de cette quinte.
Nous pouvons alors l’identifier comme une quinte juste.

 

Deuxième exemple d’un intervalle ayant une tonique autre que “do”:
theorie_intervalles_tonique_si_quinte_mineureComme avec l’exemple précédent, trouvons d’abord son nom. La tonique est “si” et la note qui l’accompagne est “fa”, si-do-ré-mi-fa, il s’agit encore une fois d’une quinte.
Comptons alors le nombre de tons entre ces deux notes:

Entre si et do : ½ ton
Entre do et ré : 1 ton
Entre ré et mi : 1 ton
Entre mi et fa : ½ ton

Au total, 3 tons séparent les deux notes de cette quinte.
On voit immédiatement que le résultat est inférieurs à 3½ tons par un demi-ton.
Nous pouvons alors l’identifier comme une quinte diminuée.

 

Alors maintenant, si le but était de jouer une quinte juste à partir de la tonique de “si”, que devrions nous faire pour faire de cette quinte diminuée une quinte juste ? L’idée est de rendre l’écart entre ces deux notes à 3½ tons, il faudrait donc augmenter la note “fa” à l’aide d’un dièse